Nouveautés 2018

Installation d'une voile de flêche avec fabrication de son mât

Fabrication d'un râtelier à cabillots

Nous l'avons constaté à l'usage, le Deux-Frères est pauvre en taquets.

En effet, toutes les manœuvres courantes se partagent trois taquets en pied de mât.

Seules les écoutes du foc et de la trinquette ont leurs taquets dédiés sur les pavois du bateau.

 

Ce n'est pas possible de tourner une empointure, une balancine ou une écoute sur un taquet sur lequel est déjà frappé une drisse !

Cela peut être à la limite dangereux et rend de toute façon les manœuvres très mal aisées.

C'est pourtant ainsi qu'a navigué jusqu'à présent le Deux-Frères....

 

Maintenant, le Deux-Frères navigue avec sa voile de flèche qui est venue compléter son gréement.

Ce ne sont pas moins de quatre voiles qui propulsent le fier voilier de La Nautique.

Le flèche, ce sont 3 cordages supplémentaires qui se rajoutent aux manœuvres du bateau.

 

La solution pour attribuer un taquet à chaque cordage à été de créer un râtelier de 7 cabillots qui est fixé sous le pont à l'aplomb de la descente vers l'avant du bateau.

 

C'est une vielle planche en bois dur récupérée dans le bac des cales en bois de la zone technique, qui fera l'affaire.

Sciage, dégauchissage mise en forme..... La vieille planche sans nœuds qui servait à caler les bateaux, s'avère être une magnifique pièce de bois rouge !!!.

C'est dans son atelier de Mandirac, que Yann Pageot nous a très aimablement et spontanément raboté la planche à 30 mm

Après deux heures de ponceuse, une heure de ponçage à la main au grain de 180 ; le râtelier est maintenant terminé.

Après une bonne imprégnation à l'huile de lin, il peut maintenant recevoir les 7 cabillots : 3 en acacia, 3 en frêne et 1 en hêtre (fabriqués par Franck Dautais) et rejoindre le bateau.

HIVER 2017/2018 :

Travaux d'entretien

 

Lors de l'hiver 2017/2018, période de repos pour le Deux-Frères, les travaux d'entretien ont repris.

Les ferrures et différentes pièces des capelages ont été déposées et repeintes.

Après une saison de navigation, nous avons constaté que la poulie haute du palan de drisse de Grand voile tapait sur le mât lors des manœuvres.

Afin de remédier à cet inconvénient, il suffisait d'écarter celle-ci de quelques centimètres.

Pour ce faire, nous avons demandé à un artisan ferronnier de Lézignan (Boris Klein) de nous forger la pièce idoine, c'est-à-dire un axe métallique qui traverse le mât et qui supportera sur l'arrière le palan de GV et sur l'avant l'étai de trinquette.

 

Les 3 taquets (de couleur rouge) du mât on été déposés pour contrôle des fixations.

Nous avions constaté une torsion de celles-ci. Des vis (en bois) seront rajoutées et viendront donc annuler ce mouvement de rotation. Comme il est hors de question que des vis travaillent à l'arrachement dans le mât, ces vis seront « serrées » dans des chevilles nylon.

 

Le palan de pic du Deux-Frères a entièrement été reconditionné la saison dernière, il fonctionne très bien.

Un inconvénient a tout de même été relevé : la poulie de l'encornât blesse la corne lorsque celle -ci est très apiquée.

Pour contourner ce problème :

1-La corne à été re-profilée au niveau de la ferrure

2-La ferrure de l'encornât à été usinée pour recevoir une estrope sur laquelle est frappée la poulie

3-Le point de levage est donc déplacé sur l'axe de la ferrure

 

Les caps de mouton sont resserrés et huilés.

Les pommes de racage baignent dans l'huile de lin

Les haubans contrôlés et alignés sont enfin de la même longueur.

Le ridoir de sous-barbe est détérioré, nous demanderons à Dominique ou à Laurent s'ils peuvent nous dépanner. Il nous faudra également quelque poulies de renvoi pour le pied de mât.

 

Dans l'ensemble, le Deux-Frères manque de taquets. En effet, seuls les trois grands taquets sur le mât retiennent les 4 drisses du bateau sans compter la balancine.

Nous avons donc pour projet afin d'améliorer les manœuvres courantes de positionner contre l’hiloire avant, dans la descente un râtelier de cabillots. Les cordages seront renvoyés par des poulies frappées au pied du mât. Le projet est sorti du tiroir, il est sur la table, il n'y a plus qu'à !

 

Les espars sont actuellement remisés au chaud, ils reçoivent leur couche de peinture.

Le Deux-Frères a récemment reçu une couche de blanc à l'intérieur et une couche d'huile sur le pont, les fonds ont été faits cet automne.

Ensuite, ce sera la zone technique pour le carénage.

 

Les essais moteur un peu en sommeil en ce moment ne devraient pas tarder à reprendre. Il s’agit simplement d’affiner les paramètres. On peut, sans prendre de risque, dire que ce projet de motorisation électrique, soucieux de l'écologie et des énergies propres est une réussite.

Le Deux-Frères toujours labellisé BIP devient un exemple !

 

Rénovation 2017

Please reload

Le Plancher du Deux Frères

 

Lors de la dernière navigation, le plancher détrempé du bateau s'est avéré très glissant.

C'est à l'occasion de la sortie du Deux Frères sur la zone technique pour l'installation du moteur, que le plancher à été déposé.

Après dix années d'utilisation depuis sa dernière rénovation,le plancher mérite une rénovation complète.

Les planches sont passées au karcher, puis sècheront pendant une quinzaine de jours. Elles seront alors poncées grossièrement pour une bonne accroche de la peinture.

C'est une peinture de « sol » pour ses qualités mécaniques contre les chocs, le piétinement, l'humidité et les ultra violets qui à été retenue.

D'abord, 2 couches sur l'envers, les planches seront duement numérotées.

Pour l'endroit, après le séchage de la 1 ère couche, des bandes de papier collant seront posées pour délimiter des surfaces antidérapantes.

Saupoudrage du sable puis, après séchage, application de 2 couches de peinture.

Le plancher est terminé, il sera utilisable après deux semaines de durcissement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bôme (ou gui) et la corne du Deux-Frères.

 

Pour cette nouvelle rénovation, la bôme du deux Frères est le seul espar qui n'ait pas été réutilisé. En effet, la bôme était cintrée donc irrécupérable. Il a donc été décidé de fabriquer une bôme à l'identique dans une pièce de mélèze que l'équipe a rapatrié de Toulouse.

 

Entièrement réalisée à la main et dans le respect des cotes, elle sera tout de même 200g plus légère que sa grande sœur.

 

La corne entièrement mise à nu et débarrassée de toutes pointes et vis, a été entièrement poncée. Le bois en très bon état sera conservé et l'espar remis à neuf. Tous les trous de vis et pointes sont rebouchés à la résine époxy chargée de silice.

 

La grand voile aurique du Deux Frères est « tenue » entre la bôme et la corne.

La grand voile (toute neuve, fabriquée à Gruissan par le voilier Voile Design) a été pour l'occasion de cette dernière rénovation du bateau,

commandée sans coulisseaux.

Une ralingue textile est rapportée sur la bordure, le guindant et l'envergure de la voile .

En effet, pour un esprit d’authenticité et selon la tradition, nous avons décidé que la voile serait transfilée sur ses espars.

Les glissières sont donc déposées, plus aucune vis ne mord dans la bôme et la corne.

Les espars terminés, ils seront enduis de 2 couches de résine époxy, âpretés puis 2 couches de peinture.

La réduction de voilure se fait sur le Deux Frères par la bôme à rouleau.

L’encornât (pièce métallique articulée, fixée sur la corne, qui la maintient et coulisse contre le mât) a été refait à neuf (ferrure, billes de buis « pommes de racage » et fourrage en cuir)

Le bout-dehors du Deux-Frères.

A l'origine, il a été déposé pour une couche de peinture. Après ponçage nous avons découvert un beaupré bien fatigué....

Après sondage et élimination du bois pourri, le cœur de l'espar s'est révélé sain. Décision à donc été prise de le réparer.

C'est avec de l'époxy très chargé en silice que toutes les parties creuses ont été comblées par gravitation.

Ensuite, après le ponçage, l'époxy, et la peinture, il a été enduit d'un anti-dérapant sur sa partie supérieure.

Après une saison de navigation et une utilisation particulière de « passerelle » pour monter à bord par certains membres d'équipage, on peut dire que le bout-dehors du Deux Frères a bien tenu ses promesses. 

L'accastillage du Deux-Frères.

Les haubans, les bas-haubans et leurs ridoirs, l'étai et son ridoir, la sous-barbe et son ridoir, sont en acier inox..

Les ferrures des cadènes, du safran, de capelage du mât, du beaupré, la fourche de l’encornât, l'anneau de support du palan d'écoute de Grand-voile sont en acier traditionnel. De même que les manilles et les chaînes.

Toutes ces pièces soumises à l’oxydation dans le milieu marin on été traité par 2 couches de peinture époxy.

Les poulies du Deux frères sont en bois. Certaines, avec roulements à aiguilles, ont été révisées (désoxydées et graissées)

Dans un soucis de sécurité, de confort pour le barreur et de finesse de réglage, le palan de grand-voile s'ajuste grâce à une poulie-violon et taquet-coinceur en céléron bien entendu.

Les nouvelles drisses et écoutes en nylon du Deux Frères en « aspect » cordage « traditionnel » toronnés et fuseaux ont donné entière satisfaction.

 

Le safran du Deux Frères a lui aussi été rénové.

En effet, ses ferrures trop oxydées ont été remplacées. La planche dégradée (sous les ferrures) a pour sa part été réparée au mastic époxy.

Comme les espars, le safran , après ponçage et ses 2 couches d'époxy à lui aussi reçu 2 couches de peinture.

Fabrication du mât

© Association "Les Amis du Deux-Frères"     créé avec Wix.com

Siège social

12 rue des Nautiquards

11100 NARBONNE

logo SNN fond blanc.png
BPS_Fondation_Gauche.png
 Pdlm JPEG.jpg
Logo_Region.png
Logo PNRNM-clair.png
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now